Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

Astonvilla de retour avec « Joy Machine » pour ses 20 ans d’existence

En 2014, ça fait 20 ans que le groupe Astonvilla s’est formé. Il revient sur le devant de la scène avec « Joy Machine », un album dans la veine de ce qu’Astonvilla sait faire.

 

Astonvilla - Joy Machine

Astonvilla – Joy Machine

 

On n’avait pas entendu Astonvilla depuis un bon moment. Leur dernier album studio « De jour comme de nuit » était sorti en 2005. Trois ans plus tard, le groupe publiait un album live. Mais depuis plus rien. Silence radio. Et pour cause, en 2009 Astonvilla a décidé de faire un break pendant lequel chaque membre a vaqué à ses occupations musicales. Qu’à cela ne tienne, c’était pour mieux revenir en 2014. Pour ses 20 ans d’existence, le groupe revient sur le devant de la scène sous forme d’un trio, composé de Fred Franchitti au chant et au piano, de Greg Baudrier à la batterie et de Tony Halet à la guitare et à la basse ; avec un nouvel album « Joy Machine ».

 

« Joy Machine » démarre très fort avec le titre « Roule vite » qui donne d’emblée la teneur de l’album : un opus de rock où la voix rauque de Fred Franchitti est énormément mise en avant. Ce qui sera le cas dans les dix chansons qui composent « Joy Machine ». Chant qui, d’ailleurs, prend la forme de slam ou d’un chanté parlé sur plusieurs chansons.
http://youtu.be/784r2rg2FJw

Du côté textes, on retrouve la patte Astonvilla. Différents titres écrits à plusieurs mains sont teintés d’un subtil humour. On remarquera le chanteur qui joue au badminton dans son appartement sur la chanson « Badminton » et le « va te faire en…trainer loin de moi, dis-mois good bye » du refrain de « Good Bye » prononcé d’une telle façon qu’on pourrait croire à de toutes autres paroles. Les jeux de mots « du coccyx au cortex et du cortex au coccyx » sont aussi très sympas à écouter sur le titre « Cortex ». Les Astonvilla savent aussi jouer dans le registre de l’émotion et de la mélancolie présents sur plusieurs titres.

« Joy machine » propose différents types de chansons. Tantôt rock, tantôt ballade, quelques touches d’acoustique, des sonorités blues et folk composent le savant mélange qu’est « Joy Machine ».

Sur cet album, le groupe Astonvilla a lui aussi cédé à la tentation électro. On retrouve quelques notes synthétiques sur deux titres. C’est toutefois bien dosé, ils ont mis juste ce qu’il fallait. Le rapport entre touches d’électro et bons rythmes rock est bien équilibré.

 

« Joy Machine » est un bon album de rock qui démarre sur les chapeaux de roue. Il est dommage que le soufflé retombe un peu au milieu de l’album avec quelques titres qui trainent en longueur et ne suivent pas le rythme du reste de l’album. Heureusement, « Projet Y » clôture bien ce disque pour n’en laisser qu’un souvenir positif.

 

 

Chronique initialement réalisée pour Rockurlife.net

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 juin 2014 par dans Culture, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :