Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

Retour du Maillon Faible sur D8, c’est plus sympa qu’avant

Lundi 8 septembre c’est le retour du célèbre jeu « Le Maillon Faible » sur D8 après sept années d’absence de l’antenne. Ce jeu télévisé, adapté d’un format britannique, avait connu ses heures de gloire sur TF1 entre 2001 et 2007 où il était diffusé principalement les week-ends. Animé par Laurence Boccolini jouant un personnage de « méchante », le programme était le plus sévère des jeux télévisés. Dans sa nouvelle version présentée par Julien Courbet sur « la nouvelle grande chaîne », le jeu n’a pas beaucoup changé mais devient plus drôle et moins austère. D8 diffusera deux numéros du « Maillon Faible » chaque jour de la semaine de 17h à 18h45 juste avant « Touche pas à mon poste ».

Julien Courbet présente  Le Maillon Faible sur D8 / Crédit : Charlotte Schousboe pour D8

Julien Courbet présente Le Maillon Faible sur D8 / Crédit : Charlotte Schousboe pour D8

Une nouvelle version assez semblable à l’originale

 Les sociétés de production Banijay France et BBC Worldwide France qui coproduisent désormais le jeu n’ont quasiment rien changé de l’habillage d’origine fait par Starling, qui produisait l’émission lorsqu’elle était diffusée sur TF1. Même générique de début et de fin, mêmes pupitres ovales pour les candidats, mêmes ardoises pour éliminer le maillon faible de la manche…le téléspectateur d’il y a sept ans ne sera pas trop déboussolé. Il y a seulement la séquence d’ouverture avant le générique de l’émission montrant les candidats en coulisses avec une voix off qui a été supprimée.

Le déroulé du jeu dans la nouvelle version est pratiquement le même que dans celle diffusée auparavant sur la Une. Si ce n’est qu’une manche de moins et donc 5.000 euros de moins en jeu. En effet, lorsqu’il n’y a plus que deux candidats en lice, ils s’affrontent désormais directement en finale alors qu’avant ils jouaient aussi une manche pour faire grimper la cagnotte.

Le plateau est toujours plongé dans une atmosphère bleu foncée, avec un rendu assez sombre, avec quelques éclairages rouge, bleu ou vert selon les moments du jeu.

Les 9 candidats se présentent toujours de la même façon, comme c’était le cas sur TF1, énumérant leur prénom, âge, profession et ville de résidence, sans aucune originalité. Les règles du jeu demeurent inchangées : les candidats doivent former une chaîne de 9 bonnes réponses pour remporter 5.000 euros par manche. L’échelle des gains s’étale de 50 à 5.000 euros en fonction du nombre de bonnes réponses enchaînées. Sauf lors de la dernière manche où les gains sont triplés.

Même Julien Courbet reprend les phrases types de Laurence Boccolini : « Bonsoir, (…) vous allez regarder le Maillon Faible » ; « Derrière moi, 9 candidats. Ils ne se connaissent pas pourtant ils vont devoir jouer ensemble… ». Il ponctue chaque bonne réponse par le célèbre « Correct ! ». Après chaque erreur, il se moque du candidat fautif, ce que faisait aussi Boccolini. A une candidate se trompant sur le genre du mot altère : « Vous n’avez pas du en soulever souvent ». A une candidate trop longue à répondre, Julien lance : « Bonne nuit ! ».

Avant chaque nouvelle manche, il réexplique les règles, comme Laurence Boccolini le faisait.

Mais contrairement à Laurence Boccolini dont le pupitre tournait, il se tourne peu vers les candidats sur les côtés, faute d’avoir un pupitre suffisamment amovible.

Les candidats votent toujours les uns contre les autres. Pendant qu’ils écrivent le nom du maillon faible sur l’ardoise, la voix off donne les statistiques de la manche. Les participants ont gardé l’habitude de dessiner et d’inscrire des petits messages sur leurs ardoises. Après son élimination par ses concurrents, le maillon faible donne ses impressions en aparté.

Les questions ne sont dans l’ensemble pas trop difficiles, mais se corsent un peu au fil de l’avancée du jeu.

Quelques nouveautés en substance et un nouvel animateur pour une nouvelle ambiance

C’est principalement du côté de l’ambiance qu’on trouve de la nouveauté grâce à l’arrivée de Julien Courbet aux commandes du jeu.

Il est souriant, jovial tout en restant sérieux et pas du tout pète-sec contrairement à Laurence Boccolini. Toutefois, Julien Courbet est plaisantin, caustique et légèrement cassant avec les candidats, mais moins méchant que Laurence Boccolini. C’est sa marque de fabrique en tant qu’animateur de jeux comme on a pu le voir auparavant lorsqu’il a animé « Seriez-vous un bon expert » ou « En toutes lettres » sur France 2.

Après le résultat des votes des candidats, Julien Courbet discute de la manche et des erreurs commises, interroge l’éliminé là où Laurence Boccolini demandait aux candidats d’expliquer leur vote. Julien Courbet le fait aussi, mais de façon moins systématique.

Sa façon de congédier les éliminés est moins brutale que celle de Laurence Boccolini qui disait toujours : « Untel, vous êtes le maillon faible, au revoir ! ». Courbet nuance avec un « Bonsoir, vous nous quittez » et va même jusqu’à raccompagner le sortant par moment. Il s’appuie souvent sur la profession du sortant pour annoncer son départ : l’infirmière va se faire soigner, l’étudiant aura du temps pour réviser ses examens… Il peut lui arriver de reprendre le fameux « Vous êtes le maillon faible, au revoir », mais de façon beaucoup moins systématique que Laurence Boccolini.

Julien Courbet n’a de cesse d’encourager les candidats avec un « que le meilleur gagne », expression si chère à Nagui. D’ailleurs, ce jeu devrait bientôt faire son retour sur France 2 et devenir potentiellement un concurrent du « Maillon Faible » selon son horaire de diffusion.

Face à un animateur décontracté, les candidats sont, du coup, eux aussi devenus souriants.

L’ambiance générale semble plus conviviale et détendue sur le plateau de D8 que sur celui de TF1. Cette convivialité s’installe entre les candidats et l’animateur mais aussi entre les participants. En effet, les candidats sont sympas entre eux et absolument pas ironiques ou méprisants comme ils pouvaient l’être sur TF1. Les éliminés encouragent les candidats qui restent en lice lorsqu’ils quittent le plateau. Dans la toute première émission, les deux finalistes se font même la bise après la finale.

Capture d'écran du Maillon Faible sur D8

Capture d’écran du Maillon Faible sur D8

Tout au long de l’émission, on entend en bruit de fond les petites remarques et les rires des candidats visiblement à l’aise.

Tout de noir vêtu pour le premier numéro, comme Laurence Boccolini à l’époque, Julien Courbet apporte néanmoins beaucoup de fraîcheur au programme et quelques nouveautés. Il peut ainsi arriver qu’à la fin de la manche, s’il y a eu une erreur sur une question à propos d’une chanson, on entende le morceau en question. Les candidats chantent et bougent sur la chanson. C’est sympa et c’est nouveauté enrichi l’émission dans son aspect de divertissement.

Autre nouveauté de l’ère Courbet, « le top 50 des bêtises ». Dans les dernières manches de l’émission, Julien Courbet annonce le top 3 des erreurs d’un seul et même candidat, en se moquant gentiment. Reste à savoir si cette rubrique apparaîtra dans chaque émission.

A la fin de l’émission, Julien Courbet dresse un bilan de la partie et félicite le gagnant. Nul besoin pour lui de faire le fameux clin d’œil de Laurence Boccolini. Avant que le générique ne se déclenche, on revoit en replay une des erreurs phare de l’émission. Cette petite innovation sonne déjà comme une signature du « Maillon Faible » version 2014.

Autre changement et pas des moindres : l’émission est enregistrée en public avec 150 personnes présentes derrière les candidats. On voit beaucoup le public à l’image et surtout on entend beaucoup ses applaudissements, parfois même un peu trop.

 

Un pari risqué pour D8 ?

45.000 euros en jeu à chaque nouvelle partie c’est beaucoup, surtout pour une chaîne de la TNT, en théorie. Mais dans les faits, D8 ne lâchera jamais de très grosses sommes. Sur TF1, en 6 ans d’existence, il n’y a jamais eu d’énorme cagnotte de remportée.

Mais le pari reste toutefois risqué pour D8 car les émissions de jeu ne font jamais très long feu sur la TNT. Lancé en février 2014 sur TMC, « Canapé Quiz » n’est resté que deux mois à l’antenne, faute d’audience suffisante.

On a tous en mémoire « Amazing Race » sur D8. Certes, c’était un jeu d’aventures comme « Pékin Express » et non pas un jeu de plateau. Mais la course autour du monde n’a pas été reconduite pour une seconde saison, faute de téléspectateurs suffisants.

Toutefois, programmer « Le Maillon Faible » juste avant « Touche pas à mon poste » est un choix judicieux puisque Cyril Hanouna rassemble très souvent plus d’un million de fidèles téléspectateurs. D’ailleurs, Julien Courbet vient de rejoindre la bande de chroniqueurs de Cyril Hanouna.

Article initialement publié sur Le Plus du Nouvel Obs

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 septembre 2014 par dans Médias / TV, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :