Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

Johann Zarca, le Mec de l’Underground, imagine Paris dans 15 ans

Difficile d’imaginer le visage de Paris, la ville lumière et si romantique, dans 15 ans. Pour trancher avec l’image de carte postale idyllique de Paname, qui mieux que l’auteur Johann Zarca pour décrire Paris en 2030 version underground ?

Johann Zarca est plus connu sous le pseudo du Mec de l’underground, du nom du blog qu’il tient. A 30 ans, il vient de publier son premier roman « Le Boss de Boulogne », l’histoire d’un dealer qui fait son business auprès des travestis du Bois. Prostitution, drogue mais aussi baston sont autant de sujets qu’il maîtrise. Il a accepté de se triturer les méninges pour imaginer les contours de Paris en 2030. Rencontre.

Johann Zarca, l'auteur du "Boss de Boulogne" / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca, l’auteur du « Boss de Boulogne » / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

En tant qu’auteur du « Boss de Boulogne », comment imagines-tu le Bois de Boulogne dans 15 ans ?

Je pense qu’il restera un des principaux lieux de la prostitution en France, qu’il sera certainement plus bétonné. Globalement, il ne changera pas plus que ça, comme il n’a pas changé depuis 30 ans.

Tu penses qu’il pourra être vide car les maisons closes auraient été rouvertes ?

Non. De toute façon il ne sera pas vidé car, à priori, ce ne sont pas les maisons closes qui vont résoudre le problème étant donné que les maisons closes ça impose quand même des horaires, le fait de bosser pour quelqu’un. Et là, pour le coup, dans le Bois de Boulogne, la prostitution se fait sans « manquereautage », il n’y en a quasiment pas. C’est une prostitution libre donc si tu veux être libre, tu ne vas pas dans une maison close avec des horaires fixes et d’autres contraintes comme ça. Après ça dépend de quel type de maisons closes on parle. Mais les prostituées vraiment indépendantes elles n’ont, à priori, pas envie d’aller s’emmerder dans des maisons closes.

Johann Zarca, connu aussi sous le pseudo du mec de l'underground / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca, connu aussi sous le pseudo du mec de l’underground / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Plus généralement, tu crois qu’on aura rouvert des maisons closes d’ici quinze ans ? Le sujet fait débat…

Tout à fait. Mais est-ce que ça va être des maisons closes comme on l’entendait auparavant ou est-ce que ça va être quelque-chose comme celles qu’il y a en Allemagne ? (NDLR : En Allemagne les  FKK, Frei-Körper-Kultur qu’on peut traduire par culture du corps libre, sont des clubs où il y a des prostituées). En tout cas, je crois en la possibilité que la prostitution soit légalisée mais pas forcément via les maisons closes.

Tu imagines que le Bois pourrait être plus rempli car, la crise s’aggravant, plus de personnes seraient amenées à se prostituer ?

S’il y a plus de gens qui sont menés à la prostitution parce qu’il y a plus de misère, le Bois n’échappera pas forcément à la règle.

Ou alors on peut aussi supposer qu’on aurait chassé les prostituées des trottoirs de Paris pour faire le ménage et elles se retrouveraient dans le Bois….

Ça, c’est sûr mais le Bois ça reste dans Paris. Quitte à les dégager, je pense que ça serait encore plus loin, vers Fontainebleau par exemple.

Johann Zarca écrit aussi des nouvelles / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca écrit aussi des nouvelles / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

D’ailleurs comment tu vois la prostitution dans 15 ans : plutôt légalisée et réglementée comme n’importe quel secteur professionnel ou carrément abolie ?

Je pense qu’à un moment donné la prostitution sera amenée à se libéraliser. C’est le chemin que prend notre société. Il y a un moment où l’argent ouvre toutes les portes, y compris celles de la prostitution ou la drogue. Légalisée, dans le cas où la société reste dans la même logique. Mais, si on devient une société totalitaire ou autoritaire, ça peut être totalement le contraire et interdit. Globalement les prostituées sont pour la légalisation. Elles n’ont aucun intérêt à être contre. Certaines veulent peut-être que les choses soient plus réglementées.

Dans 15 ans, il y aura plus ou moins de crackhouse ?

Comme, il n’y en a déjà plus beaucoup sur Paris en ce moment, je pense qu’il y en aura moins. Peut-être qu’il y aura des salles de shoot mais ça n’a rien à voir, c’est une autre logique.

Donc les salles de shoot ne peuvent pas remplacer les crackhouse ?

Si, ça peut un peu prendre le relais mais ça reste quand même de l’information et de la prévention, et ça apporte aussi des conditions plus hygiéniques.

Johann Zarca tient le blod du mec de l'ungerdround / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca tient le blog du mec de l’ungerdround / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Penses-tu que la drogue sera légalisée en 2030 ?

Je me dis que si on légalisait, quelle que soit la cam’, l’intérêt ce serait de savoir comment on l’utilise. Si les drogues devenaient légales, on aurait plus intérêt à le faire dans le cadre de salles de shoot où il y a de la prévention derrière. Celui qui n’arrive pas à se procurer de la cam avant ses 18 ans, il aura beaucoup de mal à tomber dedans après. D’un point de vue prévention, selon moi, la meilleure chose à faire c’est de tout légaliser et de bien encadrer le truc. Je ne dis pas que c’est bien, mais que c’est la meilleure chose à faire.

A propos des squats, tu crois qu’ils auront été rasés ou bien ils seront plus nombreux car les gens auront plus de difficultés à se loger ?

Si on reste sur Paris, à priori, le chemin que ça prend c’est qu’il n’y aura plus de squats. C’est de plus en plus riche donc la misère a tendance à s’éloigner de plus en plus dans les zones périurbaines. Et plus c’est miséreux, plus ça s’écarte des grands centres.

 Donc les squats auront quitté Paris pour s’installer en Seine-Saint-Denis par exemple ?

 C’est déjà le cas. Et à mon avis ça sera encore plus éloigné.

Johann Zarca a aussi écrit "Braquo dans l'underground", roman qu'il a auto-édité / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca a aussi écrit « Braquo dans l’underground », roman qu’il a auto-édité / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

En 2030, que sera devenu le Boss de Boulogne ?

Le personnage, vous saurez ce qu’il sera devenu dans le prochain épisode. Je me dis que ce n’est pas impossible qu’il y ait une suite à ce bouquin. En 2030, le boss ne sera plus en vie, mais dans un futur un peu plus proche, il sera sorti de prison, comme à la fin du bouquin et il continuera à zoner dans le Bois.

Et toi, comment tu te vois en 2030 ? En auteur à succès ?

(Longue pause). Je ne sais pas, mais je pense que ma manière d’écrire sera moins à la marge qu’elle ne l’est maintenant. Je ne sais pas trop si je continuerai à écrire, si je resterai sur la même lignée. 2030 c’est dans 15 ans, j’espère que j’aurai écrit une vingtaine de livres. Le mec de l’underground existera toujours mais plus sous forme de blog…

Comment tu imagines les transports en région parisienne dans 15 ans ?

Plus pratiques. On aura bien avancé sur ce sujet. Je pense qu’il y aura des infrastructures plus avancées que celles d’aujourd’hui vu qu’il y aura plus de monde.

Johann Zarca envisage d'écrire la suite du "Boss de Boulogne" / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca envisage d’écrire la suite du « Boss de Boulogne » / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Il y aura encore des véhicules dans Paris ?

Pas beaucoup. Je ne pense pas qu’il y aura des masses de véhicules privés. Ça pourrait être un peu comme à Amsterdam avec un peu de voitures et beaucoup de deux roues.

Les Vélibs, tu les auras tous cassés ?

 Oui, il y aura proportionnellement moins de Vélibs parce qu’on en aura bien marrave.

Et les Autolibs, tu les auras toutes décorées à ta façon ?

Je serai en prison à cause d’elles, pour une incitation qui aurait créé des mouvements de masse anti-Autolibs. Je passerai pour un opposant politique pour avoir cramé tous les Vélibs et les Autolibs.

Johann Zarca dans le 10ème arrondissement de Paris / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca dans le 10ème arrondissement de Paris / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Les nuits parisiennes ont-elles encore un avenir ?

Elles seront encore plus bidon que maintenant. Paris, c’est une ville qui ne s’amuse pas. Il y a beaucoup de gens qui bossent la nuit mais il n’y pas de vie nocturne. C’est naze. Maintenant on ne peut plus se mettre devant un café, sortir avec notre verre mais on ne peut plus fumer à l’intérieur. Je ne dis pas que c’est forcément mal tout ça, c’est juste que tout ça fait qu’on arrive dans une ambiance de merde. Paris ça devient de plus en plus une ville de riches. Tu ne décideras plus d’habiter Paname pour t’amuser. Tu décideras d’habiter Paname de la même façon que certains décident d’habiter dans le seizième ou dans un quartier chiant.

Le free fight aura-t-il davantage pignon sur rue ?

Oui, comme la drogue et la prostitution. La société s’oriente vers des ouvertures de marché. Naturellement, les choses se libéralisent de plus en plus et notre civilisation va dans cette direction. Le free fight pourra être reconnu et être encadré de façon à ce qu’on arrête de mettre dans des cages des poivrots de 150 kilos qui adorent se battre et qu’on ait à la place des athlètes de haut niveau sur des rings. Je suis presque sûr qu’une libéralisation du free fight arrivera. C’est déjà le cas dans énormément de pays, aux États-Unis, au Japon et même en Europe. Les Hollandais en ont fait un vrai sport à part entière.

Johann Zarca en octobre 2014 / Cédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Johann Zarca en octobre 2014 / Cédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Publicités

Un commentaire sur “Johann Zarca, le Mec de l’Underground, imagine Paris dans 15 ans

  1. Pingback: « Phi Prob  de Johann Zarca, un roman pour cet été | «Le Blog de Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 octobre 2014 par dans Culture, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :