Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

Concert privé Lenny Kravitz : court, mais intense !

La seule fois que j’avais vu Lenny Kravitz sur scène c’était il y a un peu plus de dix ans, le 7 mai 2004, lors d’un NRJ Music Tour au Zénith de Paris, c’était aussi la première fois où j’avais vu Kyo. Même s’il n’avait chanté qu’un seul titre, « Where are we runin’ ? », son single de l’époque, Lenny Kravitz m’avait laissé une très bonne impression. Un vrai showman. Il est fait pour le live. Alors quand j’ai su que Virgin Radio organisait un concert privé de Lenny, ni une, ni deux, il fallait que j’y assiste.

Lenny Kravitz en concert privé au studio de la Grande Armée / Crédit : Virgin Radio

Lenny Kravitz en concert privé au studio de la Grande Armée / Crédit : Virgin Radio

Une voix puissante et juste

Après une brève première partie « hommage » avec Mat Bastard, le chanteur de Skip The Use qui a repris « Fly away » et HollySiz qui a chanté « Stand by my woman » – tous deux ont proposé de très jolies versions acoustiques de ces tubes -, Lenny Kravitz est enfin arrivé.

HollySiz en première partie de Lenny Kravitz / Crédit Photo : Laura Bruneau

HollySiz en première partie de Lenny Kravitz / Crédit Photo : Laura Bruneau

Mat Bastard de Skip The Use en première partie de Lenny Kravitz / Crédit Photo : Laura Bruneau

Mat Bastard de Skip The Use en première partie de Lenny Kravitz / Crédit Photo : Laura Bruneau

Sereinement assis sur le tabouret depuis lequel il a répondu à l’interview, Lenny Kravitz a, alors, commencé à entonner sa très belle ballade « I’ll be waiting ». En version acoustique, cette chanson est encore plus jolie et émouvante qu’en version album. Les yeux de Lenny ont beau être cachés par des verres fumés, il a tout de même réussi à me capter et à m’emporter avec lui, dans sa chanson.

La voix de Lenny Kravitz, même dans le studio de la Grande Armée – plus petit que les Bercy et autres salles qu’il remplit facilement -, est toujours puissante et très juste. Pour mieux s’en rendre compte, des caques étaient à disposition des auditeurs pour entendre comme dans un studio, avec uniquement les voix et les instruments, sans aucun bruit parasite. Avec le casque sur les oreilles, le son est excellent, mais on perd l’aspect live. C’est pour cette raison que je ne l’ai pas beaucoup utilisé.

Quelques vocalises suffisent à prouver son talent

Lenny Kravitz a ensuite interprété « Believe », une autre ballade, livrant une version chargée d’émotion, avec la complicité de ses trois choristes.

Puis vient « Let love rule », un de ses tous premiers titres, sorti en 1989. Même s’il a choisi des chansons très calmes pour ce concert intimiste – on est tous à quelques mètres à peine de lui -, Lenny Kravitz est vraiment dedans, à fond, comme toujours. Quelques vocalises et son beatbox suffisent à prouver son immense talent.

Certes, le chanteur est plutôt habitué aux concerts qui envoient. Il est toujours très énergique sur scène, accompagné de sa guitare. Là, assis, calme et posé, il reste très présent et démontre qu’il sait aussi bien faire dans le gigantisme et le rock énergique, que dans l’intimiste et l’émotion.

Un goût de trop peu mais si intense

Après un voyage dans le temps pour (re)découvrir les titres des débuts de Lenny Kravitz, retour en 2014. Lenny Kravitz n’avait prévu d’interpréter que trois titres mais face à l’enthousiasme du public, il en propose un quatrième, sans savoir lequel choisir. Son dernier single « The Chamber » est le plus crié par l’assistance alors c’est à cette chanson qu’on aura le droit. Un peu improvisée, la version acoustique de ce titre rock à la base est magnifique. Bien plus touchante que la version qui se trouve sur l’album « Strut », notamment grâce sa voix sexy et suave.

Lenny Kravitz continue son beatbox et, n’ayant pas de percussion à portée de main, il prend une bouteille en verre qu’il transforme en instrument de musique en tapant dessus avec sa main baguée. Là est tout le génie du multi-instrumentiste qu’il est.

Quatre chansons, pourtant toutes en version longue, une petite demi-heure et Lenny s’en va furtivement. Ça passe si vite, trop vite. Un goût de trop peu mais ce fut tellement intense.

Sans téléphone portable ni appareil photo – ils étaient interdits – dans les mains, on est bien plus attentifs et concentrés sur la musique. Promis, je reviendrai.

Article publié sur le Plus de L’Obs

Publicités

Un commentaire sur “Concert privé Lenny Kravitz : court, mais intense !

  1. Jerry OX
    27 avril 2015

    Merci Laure , pour ce beau partage. j’avais l’impression grâce à votre billet et votre compte rendu d’assister moi aussi à ce concert privé de Lenny Kravitz.

    Un chanteur que j’aime beaucoup et que je suis depuis ses débuts . Une préférence pour sa chanson à grand succès « It Ain’t Over ’til It’s Over »et ses nappes de violon et surtout ce son vintage seventies qu’il affectionne tant et il a raison.

    Pas mal aussi ce que fait HollySiz.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 décembre 2014 par dans Culture, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :