Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

« Phi Prob » de Johann Zarca, un roman pour cet été

« Phi Prob », le deuxième roman de Johann Zarca est sorti à la fin de l’été 2015, le 20 août dernier. Aussi, il n’a pas beaucoup eu l’occasion d’être lu sur les plages du monde entier. C’est pourquoi pour l’été 2016 je vous recommande d’en faire votre livre de voyage pour ces vacances estivales. L’histoire se passe en Thaïlande où Jeff, un expatrié Français va vivre une descente aux enfers…

Au large de l'île de Koh-Samui en Thaïlande. Pays où se déroule le roman "Phi Prob" de Johann Zarca

Rien que par sa situation en Thaïlande, « Phi Prob » vous dépaysera, même si ce qui va arriver au personnage principal de l’histoire, Jeff, n’est pas très réjouissant. « Phi Prob » vaut d’être lu ne serait-ce que pour voyager et s’évader en Thaïlande, car mine de rien les descriptions sont très réalistes. L’auteur connait bien le pays. L’idéal ? Le lire en Thaïlande comme j’ai pu le faire l’année passée.

« Phi Prob » ou une croyance maléfique et mystique thaïe

« Phi Prob » est le deuxième roman de Johann Zarca, auteur du blog Le Mec de l’Underground et du roman « Le Boss de Boulogne« . Dans ce second ouvrage on retrouve le langage cru et fleuri de l’auteur ainsi que ses expressions bien à lui, qui font sa marque littéraire. Sa plume donne naissance à quelques drôles d’expression comme le « pouilleux tropical » dans ce roman. Un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains car il risque d’en choquer plus d’un.

Avec « Phi Prob », Johann Zarca a choisi de s’attaquer au TaiThungKlom, une superstition et croyance thaïe qui serait le spectre d’une femme morte en couches venant hanter le lieu où elle est décédée, qu’il mélange avec  Pii Pob, un fantôme qui utilise ses pouvoirs maléfiques pour posséder des êtres humains afin de les dévorer lentement de l’intérieur.

Johann Zarca, l'auteur du "Boss de Boulogne" / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Jeff, expatrié français en Thaïlande – déjà porteur de nombreux vices – va être infecté par Prob, qui va prendre possession de son corps et son esprit (suite à la mort de sa femme pendant son accouchement). Une possession qui va le conduire dans un périple destructeur et mortifère – où ses vices ne seront que décuplés – à Bangkok puis Pattaya, entouré des ses compagnons d’infortune, d’autres expat’.

Outre l’aspect fictionnel de l’histoire, « Phi Prob » décrit vraiment bien les paysages de la Thaïlande, la réalité de la ville de Bangkok, capitale si ambivalente, avec son trafic si dense, ses chauffeurs de taxis imprudents…

Le roman "Phi Prob" de Johann Zarca

Au milieu de l’histoire qu’il a écrite, Johann Zarca ne manque de glisser quelques réalités – trop souvent ignorées – de la Thaïlande : l’interdiction de la pornographie et « l’inexistence » de la prostitution selon les autorités, alors que la Thaïlande est une destination réputée pour ses bars à hôtesses notamment à Pattaya et Phuket. Il n’y a qu’à faire un tour dans les quartiers touristiques où fleurissent de nombreux ping pong shows, où les rabatteurs sont parfois très jeunes, pour s’en rendre compte. L’auteur souligne ici l’hypocrisie des autorités sur le sujet. Son ouvrage est bien documenté.

Johann Zarca a aussi écrit "Braquo dans l'underground", roman qu'il a auto-édité / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Il revient également sur le surnom de la Thaïlande, « pays du sourire ».  Sourire qui n’est en réalité qu’une façade car au moindre manque de respect « le Thaï est prêt à se battre et lorsqu’il se bat c’est pour tuer ». Plusieurs voyages en Thaïlande m’ont fait écho d’histoires de touristes étrangers irrespectueux à qui il est arrivé bien des bricoles.

L’auteur prend un malin plaisir à terminer ses chapitres par une scène de sexe assez cracra mais pas trop explicite avant de commencer le chapitre suivant par tout à fait autre chose pour laisser libre court à l’imagination de son lecteur.

Johann Zarca écrit aussi des nouvelles / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Sur la forme, « Phi Prob » peut évoquer un poème, avec le premier paragraphe du premier chapitre – où Prob s’exprime – qui se répète dans le tout dernier paragraphe du roman comme si la boucle avait été bouclée pour le cas de Jeff et que Prob allait repartir pour un tour sur une nouvelle proie…

Johann Zarca, un écrivain de l’oralité

Johann Zarca a vécu plusieurs mois en Thaïlande et au Cambodge.  Pendant cette période,  il a fait de nombreux allers-retours entre ces deux pays. C’est au cours de ces voyages qu’il a découvert ces légendes thaïes – dont il s’est inspiré – « qui poussent des gens à commettre des actes ». Il a pu remarquer que « les expatriés se foutaient de ses croyances mais qu’après quelques années sur place eux aussi commençaient à avoir des expérience mystiques ».

Toutefois, il n’est pas retourné en Thaïlande pour écrire son livre. Pour l’aspect descriptif, il a seulement fait appel à ses souvenirs, même si l’écriture est intervenue longtemps après son retour. Ne voulant pas perdre ses souvenirs, le roman est un bon moyen pour lui de les consigner.

Johann Zarca, connu aussi sous le pseudo du mec de l'underground / Crédit Photo : Christophe Cussat-Blanc

Le langage employé par Johann Zarca dans ses romans correspond à sa « façon de parler en plus poussée ». Un langage qu’il définit comme « très proche de l’oralité. » D’ailleurs, il souligne que « si le langage est de plus en plus cru au fil du roman, c’est que Prob colonise de plus en plus l’enveloppe corporelle de Jeff qui va finir par adopter le vocabulaire de Prob. » Jeff, un personnage principal dont « la sainte trinité sont l’alcool, le sexe et la drogue » précise Johann Zarca.

Le sujet de « Phi Prob » est sordide, comme l’était celui du « Boss de Boulogne ».  L’auteur admet aimer écrire sur le sordide car « c’est fascinant, il y a en même temps de l’attraction et de la répulsion – pour les mêmes raisons d’ailleurs. » « C’est paradoxal. Mais j’aime transmette ça : de l’excitation et du dégoût à la fois. »

Publicités

Un commentaire sur “« Phi Prob » de Johann Zarca, un roman pour cet été

  1. Pingback: « Esprits Criminels : unité sans frontière  : le spin off de « Criminal Minds  qui enquête à l’étranger en rapportant les clichés dans sa valise | «Le Blog de Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 juillet 2016 par dans Culture, Eté 2016, et est taguée , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :