Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

« Esprits Criminels : unité sans frontière » : le spin off de « Criminal Minds » qui enquête à l’étranger en rapportant les clichés dans sa valise

« Ciminal Minds : Beyond Borders »  – ou « Esprits Criminels : unité sans frontière » en français – deuxième spin off de la série « Esprits Criminels » arrive jeudi 1er septembre sur M6.  Une série qui maîtrise et reprend les codes du genre mais empreintes de clichés sur les autres pays que les États-Unis et un tantinet xénophobe…

L'unité sans frontière d4esprits Criminels sur M6

« Esprits Criminels : unité sans frontière » arrive en France. Cette série dérivée d’ « Esprits Criminels »  – qui squattent l’antenne de TF1 depuis 10 ans – est la deuxième du genre, cinq ans après « Criminal Minds : Suspect Behavior » ou « Esprit Criminels : unité parallèle« . Déjà diffusée sur M6 en 2011 ce premier spin off emmené par l’excellent Forest Withaker et dans lequel on retrouvait Kirsten Vangsness dans la peau de la technicienne Penelope Garcia – héroïne des premiers jours d’ « Esprits Criminels » – n’a comporté qu’une saison. C’était pourtant une  bonne série qui allait plus loin que les « Esprits Criminels » de TF1 dans la violence et l’horreur des crimes commis.

Dans « Ciminal Minds : Beyond Borders« , une unité internationale du FBI est chargée d’aider et de résoudre les crimes impliquant les ressortissants américains à l’étranger. Ainsi, l’équipe se rend aux 4 coins du monde dès qu’un Américain a disparu ou est mort de cause non naturelle. C’est à se demander si le FBI comporte réellement autant d’unités différentes que celles faisant l’objet de ces séries ?

Le chef de cette unité sans frontière, Jack Garrett, est interprété par Gary Sinise, le célèbre Mac Taylor des « Experts : Manhattan« . Plutôt convaincant dans son rôle, on peut tout de même se poser la question du non renouvellement des têtes d’affiches des séries hollywoodiennes, où l’on retrouve bien (trop ?) souvent les mêmes acteurs qui ont le vent en poupe.

Gary Sinise est Jake Garrette dans "Esprits Criminels : unité sans frontière"

Pour faire le lien avec « Esprits Criminels », la série mère, l’agent David Rossi, joué par Joe Mantegna, apparait dans le tout premier épisode au côté de Gary Sinise. Kirsten Vangsness fait elle aussi quelques apparitions dans ces épisodes de l’unité sans frontière.

Les codes d’Esprits Criminels repris

Tout comme l’équipe dirigée par l’agent Hotchner (Thomas Gibson) – mais plus pour très longtemps avec l’éviction de l’interprète il y a quelques jours – l’équipe de l’agent Garrett dispose de son propre avion. Mais, là où les agents d’ « Esprits Crminels » voyagent seulement en jet, ceux de l’unité sans frontière ont carrément un énorme avion (militaire ?) à leur disposition où ils peuvent embarquer leurs véhicules. Leur QG ?  Un bureau, installé dans ce gros porteur, juste à côté de la partie « garage » où stationnent leurs bolides (motos, SUV…) et où des pendules indiquent l’heure sur tous les fuseaux horaires de la planète.

Daniel Henney dans l'avion qui sert de bureau à l'équipe d' "Esprits Criminels : unité sans frontière"

Chaque épisode d’ « Esprit Criminels » se terminant par une citation d’un auteur célèbre, ceux de l’unité sans frontière débutent – juste après le générique –  par un proverbe du pays qui est à l’honneur de l’épisode ou un proverbe d’un auteur national. Pour la France, il s’agit de Proust.

Dans « Esprits Criminels », Penelope Garcia, technicienne, reste toujours terrée dans sa salle informatique pour venir en aide à ses coéquipiers grâce à ses recherches sur le web. Pour l’unité sans frontière, c’est Russ Montgomery dit Monty, l’équivalent masculin de Garcia, qui s’en charge depuis Quantico où il reçoit également les familles des disparus.

Mais une série américaine tournée à Hollywood dans un décor en carton pâte

Si sur papier, la série invite au voyage et à la découverte des pays du monde entier, dans les faits elle a surtout été tournée aux États-Unis essentiellement pour des raisons budgétaires. Les images d’illustration de paysages, représentent bien les pays visités, mais dès qu’il y a des acteurs dans le plan, ça sent le studio à plein nez et le décor reconstitué, que ce soit pour les pyramides égyptiennes de l’épisode 2 mais surtout pour le cinquième épisode sensé se passer à Paris. On y découvre des immeubles avec perron bordant les rues. Personnellement, je les cherche encore à Paris alors que c’est typique de certaines villes américaines. Ils n’ont même pas pris la peine de rendre ce décor un tant soit peu réaliste. De tout l’épisode, on ne reconnait aucun lieu – normal puisqu’il s’agit de décors en studio – si ce n’est que les vues aériennes des monuments. Ce Paris fictif comporte la rue des Fosses (et non pas Fossé Saint-Jacques) et la Cour des rêves. C’est joli, ça contribue à renforcer l’image du romantisme de notre capitale mais ce n’est pas réaliste pour le public français qui ne reconnait alors pas du tout sa capitale. Summum du cliché parisien : le tueur de l’épisode est bien évidemment un Français qui s’en est pris aux jeunes Américaines. Il porte un béret sur la tête et écoute sans cesse « J’ai deux amours » de Joséphine Baker. Touchant mais si cliché et surtout erroné.

Tyler James Williams est Monty le spécialiste en informatique dans "Criminal Minds : Beyond Borders"

Même si 13 pays visités en une seule saison c’est beaucoup, la production aurait pu faire un effort pour rendre chaque visite de pays un tant soit peu réaliste.

Les gentils américains contre le reste du monde

Vous l’aurez bien compris, dans cette série les victimes sont toujours des Américains agressés, tués à l’étranger. La presse américaine a crié à la xénophobie à la découverte de la série. Même si les intrigues sont bien ficelées, appliquent les recettes efficaces du genre, il n’en reste pas moins que chaque pays où l’unité sans frontière se rend a droit à son beau lot de clichés. La série n’évite pas l’écueil des idées préconçues et des erreurs sur les pays.

Ainsi, dans le premier épisode, l’assassin est un indigène Thaïlandais, pas civilisé du tout. Après deux voyages en Thaïlande et quelques forêts tropicales visitées, je ne les ai pas encore trouvés.

Alana De La Garza et Gary Sinis enquêtent en Inde pour "Esprits Criminels : unité snas frontière"

Toutefois, la série relate certains aspects traditionnelles véridiques des pays : la toute puissance de la police royale en Thaïlande, l’absence de contact physique homme / femme en Inde, l’importance de l’honneur au Japon, la persistance d’idées héritées de l’apartheid en Afrique du Sud….

Après un début de saisons très orienté sur l’Asie (Thaïlande, Inde, Japon), l’équipe part au Belize. Un épisode 6 qui a le mérite de mettre en lumière ce pays d’Amérique centrale dont on ne parle pas souvent. Mais, encore une fois, gare à l’erreur : les habitants du pays se saluent à coups de « Aloha », alors que cette expression est hawaïenne et que la langue officielle du pays est l’anglais…

Chronique également publiée sur Le Plus de L’Obs.

Crédits Photos : CBS

 

 

Publicités

Un commentaire sur “« Esprits Criminels : unité sans frontière » : le spin off de « Criminal Minds » qui enquête à l’étranger en rapportant les clichés dans sa valise

  1. Pingback: « Les Experts , c’est fini, alors que « Les Experts : Cyber  n’ont pas réussi à assurer la relève | «Le Blog de Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :