Le Blog de Laura

A lire, à entendre, à voir et à déguster

« 1914-1918 : Guerre d’images, images de guerre », une exposition sur l’iconographie de la Première Guerre Mondiale

A quelques jours du 98ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui marqua la fin de la Première Guerre Mondiale, il est primordial de se souvenir de cette Grande Guerre qui ne compte malheureusement plus aucun survivant Poilus Français. Aussi, ce souvenir passe alors par l’écrit et non plus la parole de ces soldats. Si les paroles se dispersent, l’écrit reste. Aussi, le musée Würth d’Erstein en Alsace présente actuellement « 1914-1918 : Guerre d’images, images de guerre », une exposition temporaire qui rassemble de nombreux écrits et images datant de la Première Guerre Mondiale. 

Musée Wûrth à Erstein

Fruit d’une collaboration entre le musée Würth d’Erstein, les musées de la ville de Strasbourg et The Getty Research Institute de Los Angeles, l’exposition temporaire « 1914-1918 : Guerre d’images, images de guerre » donne à voir des revues, photos ou encore manuscrits de la période 1914-1918 qui n’ont pas toujours été publiés pour certains. Cette exposition illustre l’entrée dans cette guerre où tout le monde se donne vainqueur mais qui va surtout devenir une apocalypse.

La sélection des documents présentés est internationale. Point de grands tableaux dans le musée Würth – où tout est écrit en français et en allemand – mais plutôt des documents à l’aspect de reliques car certains ont été rédigés dans les tranchées. L’exposition met aussi l’accent sur le rôle de la photo, de la propagande dans la guerre.

Enthousiasme puis traumatisme

Au rez-de-chaussée du musée Würth, le début de l’exposition se découpe en 3 temps, comme le fut la Grande Guerre, avec une première partie sur l’enthousiasme généré par l’entrée en guerre ; une deuxième partie sur les conséquences humaines de cette expérience ; et enfin un troisième temps sur le bouleversement de l’humanité et des individus qui en ont fait l’expérience.

Photo exprimant l'enthousiame à l'entrée en guerre en 1914

Cet enthousiasme de toute une génération – qui a l’espoir d’un renouvellement de la société – est illustré par des photos, où transpire la joie et l’allégresse de la population. Des revues et journaux d’époque illustrent également très bien l’opposition entre France et Allemagne. Puis viennent les dessins et manuscrits relatant l’apocalypse, la – finalement – dure réalité de cette Grande Guerre. Avec des œuvres d’artistes comme Fernand Léger ou Otto Dix qui évoquent les conséquences et le traumatisme engendré par la guerre.

Oeuvre d'Otto Dix illustrant le traumatisme de la 1ère guerre mondiale

La guerre et la propagande par l’image

A l’étage, la suite de l’exposition présente une sélection régionale de documents. Les pièces exposées font partie d’une collection réunie par les instances officielles pendant la Guerre afin de garder la mémoire.

cartes postales datant de la 1ère guerre mondiale

Illustrations satiriques et de propagande, aussi bien du côté allemand que français. Il s’agissait non plus de la guerre sur le front mais de celle de l’image et de l’idéologie. Ces revues, affiches, imprimés et cartes sont organisé en 4 thèmes  :

-Le culte de la guerre et le développement technologique : avec notamment toute une collection de cartes postales allemandes satiriques qui appartenait à un Strasbourgeois, qui a fait don de plus de 800 cartes. On y observe, entre autres, des illustrations de Zeppelin ou de la grosse Bertha. En 1913, plus d’un milliard de cartes furent produites en Allemagne. Elles étaient gratuites pour les soldats.

Représentation d'un Zeppelin

-Les héros et les symboles. Ici, beaucoup de représentations de la société allemande. Après l’unité affichée derrière l’Allemagne de Bismarck, le pays tente de se dessiner une histoire commune avec la présence de figures mythologiques comme Germania ou Siegfried. Le simple soldat est représenté ici comme le vaillant chevalier teutonique qui fait face aux agresseurs. Parmi les documents, des unes de la revue satirique Allemande Ulk.

-La satire pour représenter l’ennemi. Tradition française importé en Allemagne, la satire a beaucoup été utilisée pendant la Première Guerre Mondiale. Sur divers documents, les Allemands identifient la France par un Napoléon III affaibli après sa défaite à la guerre de 1871, les Russes comme des alcooliques et les Anglais comme prétentieux. Le musée Würth donne à voir dans ce sous ensemble une série de .. où l’ennemi prend des traits animaliers. Ici le Français est un lièvre qui détale devant le fusil allemand.

-La mobilisation de toute une population à l’arrière. Pendant la Grande Guerre, les Allemands ont du pallier au blocus afin d’éviter la pénurie. Ici sont exposées des affiches pour solliciter l’emprunt auprès des particuliers pour financer l’effort de guerre et sur d’autres de conseils au quotidien pour faire des économie comme gardes des noyaux pour fabriquer de l’huile.

Affiche allemande conseil du quotidien 1ère guerre mondiale

Les objets du front

La toute dernière pièce du musée Würth abrite la fin de l’exposition mais aussi sa partie la plus poignante. En effet, même si l’endroit est plus spacieux et lumineux, il renferme des objets artisanaux fabriqués dans les tranchées par les soldats. Des gamelles, cannes, marmites, un poignard, un presse-papier, des briquets de Poilus Français  ou encore un casque de camouflage… Tout ce barda du soldat est saisissant. Dans les vitrines il y a aussi un croquis avec un soldat à tête de mort dessiné … si symbolique et porteur de vérité.

Canne et casque de soldat de la 1ère guerre mondiale

En période de récupération, les soldats fabriquaient ces objets à l’arrière afin de les rapporter à leur famille en souvenir voire de les vendre pour améliorer un temps soit peu leur ordinaire.

Objets fabriqués à l'arrière du front par les soldats pendant la 1ère guerre mondiale

Ici les papiers sont jaunis, le carton abîmé, ce qui montre bien le vécu des ces trésors. L’exposition ne dure que 3 mois car pour des raisons évidentes de conservation, les papiers ne peuvent pas être sortis plus de 3 mois d’affilée de leur lieu de conservation.

« 1914 – 1918 : Guerres d’images – Images de guerre » au Musée Würth – Z.I Ouest Rue Georges Besse 67150 Erstein. Jusqu’au 8 janvier 2017.

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “« 1914-1918 : Guerre d’images, images de guerre », une exposition sur l’iconographie de la Première Guerre Mondiale

  1. Pingback: Escapade à Saint-Omer, entre patrimoine historique de La Coupole et escape game | Le Blog de Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 novembre 2016 par dans Culture, Société, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :